En pleine ère jupitérienne notre lieu de vie souffre. Pendant ce temps certains regardent ailleurs : divers programmes Nationaux et internationaux aux coûts exorbitants ( de 3 milliards de dollars à plus de 250 milliards) sont investis par nos sociétés pour « chercher des traces de vie » à des milliers de km de ce poumon vivant qu’est la terre.

Mais ce poumon s’essouffle : les scientifiques révèlent que 2019 a été une année exceptionnellement active et chaude : Amazonie, Indonésie, arctique, mais aussi Colombie, Venezuela, Mexique, Syrie , Australie, Australie ou plus d’un milliards d’animaux ont disparu…

Chaude oui, comme ce réchauffement généralisé climatique dont beaucoup font référence. Sa cause, les émissions à effet de serre liées à l’activité humaine.

Cette activité humaine particulièrement active pour détruire ou éliminer cette vie qui fait la richesse de notre terre : selon l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) 42% des espèces d’invertébrés terrestres et 25% d’invertébrés marins sont menacés d’extinction. 32% des vertébrés voient aujourd’hui leur population déclinée. Des espèces comme le chardonneret décroit de 40% depuis une dizaine d’année. Quant aux hirondelles !!! voyez-vous-même.

En cause tout d’abord la perte et dégradation de l’habitat sous l’effet de certaines formes « d’exploitation agricole » , de l’exploitation forestière, de l’urbanisation ou de l’extraction minière.

En cause aussi la surexploitation des espèces, dont nombreuses en danger d’extinction par certaines pratiques de la chasse, pêche et bien sur le braconnage , mais encore les pollutions, les espèces invasives, et le changement climatique.

En cause enfin la surpopulation humaine, la croissance à tout prix et la surconsommation en particulier par les plus riches. Cette érosion en cascade entraine de graves conséquences.

Et nous, en France que faisons-nous ? regardons nous ailleurs ? bien souvent oui. Un exemple, dans le plan ecophyto l’objectif initial pour 2018/ 2019 était de réduire de 50% l’usage des pesticides : résultat, forte hausse de la consommation de pesticides de + 21%. En cause principalement le poids des lobbys.

Que faire alors ? Des solutions existent et nous devons et pouvons y prendre part. Des sanctions bien sur doivent être prises par nos gouvernants sur ces pratiques, mais un soutien sans réserve doit aussi être apporté aux agriculteurs les plus performants sous forme de bonus/malus. !!!

Le bio et ses étapes pour y arriver, la transformation des produits, la vente directe doivent être encouragés. Nous pouvons et devons y prendre part.

Mais encore entendre et écouter les mouvements populaires et scientifiques. Par exemple Greta thunberg pour la jeunesse et leur avenir. Et que nous disent les scientifiques ? Ils nous disent que des actions prioritaires sont possibles : réduction de la population humaine et de sa consommation, utilisation de technologies moins destructrices pour l’environnement, réduire ou endiguer le commerce des espèces en voie de disparition, aide aux pays en développement à maintenir les habitats naturels et protéger la biodiversité …

La biodiversité, cette diversité de la vie que nous voulons maintenir et protéger sur notre territoire des hautes terres de Provence et massif des Monges. En ce sens notre association AIDE et nos actions ont-elles-aussi un sens ! Le bilan des actions que nous avons menées ensemble mais aussi avec d’autres partenaires vous sera présenté tout à l’heure. Néanmoins nous ne pouvons agir seul.

Durant cette année qui débute, de nouvelles énergies nous l’espérons vont germer sur ce territoire. De nouveaux élus vont naitre. A nous de les aider et les sensibiliser avant leur éclosion ! Que vont-ils nous proposer ? l’écologie sera-elle prioritaire dans leur programme ? les réductions énergétiques, les pollutions lumineuses, la sensibilisation environnementale, le stockage et la surconsommation d’eau, les bonnes pratiques et les circuits courts, la valorisation de comportement et des atouts naturels de notre territoire, mais aussi le rejet de projets destructeurs comme celui de la carrière de gypse sur Bayons et Turriers etc etc. Qu’en sera t’il ?

Dès lors, ne regardons pas qu’ailleurs, agissons ici pour notre territoire, ses habitants, nos proches et nos familles.

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *