Pourquoi un circuit pommes et nichoirs à la motte du caire?

Rappelons-nous il y a 3 ans que notre association à participé et organisé «  dans le cadre de la semaine pour les alternatives aux pesticides » une journée de découverte de la pomme locale : visite sur le terrain avec 1 arboriculteur et Maire, conférence sur le réseau ferme dephy , repas…

Après la réussite de cette journée, diverses idées ont germé dont celle proposant un circuit pédagogique associant la culture de la pomme avec la biodiversité locale et ses atouts pour une réduction sur d’utilisation des pesticides.

Ce ne fût pas simple. En effet, une association comme la notre (AIDE) créée il y a plus de 20 ans pour lutter contre le projet destructeur de carrière de gypse au col des sagnes, association de protection de la nature de surcroit, qui s’associe avec des producteurs de pommes, n’ai pas chose facile à imaginer et réaliser.

Cette pomme, fruit préféré des Français subit un certain nombre de traitement par an. Toutefois, des améliorations sont apportées grâce au réseau ferme déphy auquel des arboriculteurs locaux appartiennent. Je vous invite à consulter le site de « générations futures » sur lequel la valorisation de ce réseau apparait en apportant diverses solutions pour une réduction de ces traitements.

Avec l’arrivée il y a plusieurs dizaines d’année des fertilisants chimiques et pesticides, la parcelle agricole a été considérée comme une entité qui fonctionne en vase clos, isolée de son environnement. Pourtant, les interactions entre la plante cultivée et son milieu sont multiples. Les processus naturels créent des interactions bénéfiques qui favorisent la productivité des cultures et la durabilité des systèmes. La mise en pratique de l’agriculture paysanne suppose de s’appuyer sur ces processus.

Des parcelles de taille raisonnable ainsi que le bocage agricole sont indispensables pour qu’un équilibre s’établisse entre la faune et la flore et pour assurer le gîte et le couvert à un monde vivant négligé depuis des décennies. Une agriculture qui réduit fortement les pesticides est une agriculture qui remet le travail paysan et la biodiversité au cœur de la production.

Cette biodiversité au service de l’arboriculture est valorisée sur ce circuit : maintien de zones herbeuses , regard neuf ou différent sur la présence d’espèces animales considérées à tort comme nuisible ( vision humaine) renard, blaireau … mais aussi d’offrir le logement à d’autres espèces consommatrices des ravageurs ( mésanges, chauves-souris, insectes…) par la pose de nichoirs dans et à proximité des parcelles cultivées. C’est en ce sens que porte le nom de ce circuit «  pommes et nichoirs ».

Enfin, ce circuit doit encore être amélioré car nous n’avons pu poser des supports nécessaires aux panneaux. Heureusement la nature présente nous a permis d’utiliser quelques arbres qui j’espère seront progressivement délestés de ces encombrants locataires.

Merci aux producteurs de pommes ainsi qu’aux 3 autres entités ayant permis la réalisation et le financement de ce circuit, c’est-à-dire la commune de la Motte du caire, l’Office de Tourisme des Hautes Terres de Provence et bien sur l’association AIDE, sans oublier Sébastien Poulet  du pôle universitaire de Gap, qui a réalisé les maquettes de la vingtaine de panneaux du circuit durant son stage de 2 mois.

en voir plus